Quand le Rouergue s’invite à Londres…

Bonjour bonjour chers lecteurs, chères lectrices !

Il doit déjà vous sembler loin mais, en ce milieu de semaine, dites-moi : quel a été votre moment préféré ce week end ? Allez, faites un effort, ça va vous faire sourire…


J’ai de la chance j’ai passé un tellement bon week end que j’ai du mal à choisir ! Bon, comme on aime bien vous réjouir les papilles avec L., je vais vous faire partager notre virée gastronomique du week end, ou comment faire entrer l’Aveyron dans une cuisine londonienne : l’Aligot. Vous connaissez ? 



L’aligot est une spécialité de l’Aubrac, une magnifique région de plateaux au nord de l’Aveyron avec des petits plats délicieux et les plus belles vaches du monde, aux yeux maquillés au khôl et aux cornes élégantes… 


Quel regard !
Quel mâle !



Ne riez pas, en voilà la preuve en images!

Quelle cloche !


Non vraiment ça ne vous fait rien ? Bande de citadins sans cœur !
Je sais, je sais, on n’est pas à 30 Millions d’Amis, je m’égare, tout ça, tout ça – mais vous la sous-estimez, vraiment, c’est une grande tendre la vache de l’Aubrac, surtout en grillades !

Enfin, retournons à notre recette d’aligot. Vous allez voir c’est très facile, le plus dur c’est de trouver le bon fromage. En effet, l’ingrédient clé de l’aligot c’est la tome de cantal fraîche (ou de Laguiole, ou d’Aubrac, mais fraîche). A part dans la région même, je ne pense pas qu’on en trouve en supermarché – c’est l’occasion d’aller rendre visite à votre fromager (vive les petits commerces !) ou au stand aveyronnais de votre marché local. Une fois trouvé le fromage, y a plus qu’à ! J’en avais ramené un peu d’Aveyron du coup samedi avec L. et quelques amis on s’est lancés selon cette recette.


Tome de cantal fraîche



Ingrédients (pour 4 personnes) : 

  • 1kg de pommes de terre (bintje ou autre pdt à purée)
  • 400gr de tome fraîche
  • 200gr de crème fraîche épaisse
  • 1 ou 2 grains d’ail
  • Sel et poivre



Préparation :

  • Epluchez les pommes de terre et l’ail, coupez les pommes de terre en gros morceaux et faites bouillir avec l’ail pendant environ 20 minutes.
  • Pendant ce temps, coupez la tome fraîche en fines lamelles.


    Mr. C. au presse purée
    La purée avec la crème





    • A la fin de la cuisson, égouttez, retirez l’ail et passez au presse purée.
    • Incorporez la crème fraîche avec une cuillère en bois, puis rapidement la tome.




    Miss V. devenue une
    pro de l’aligot
    Mademoiselle C.
    (la brune), 
    touillant avec brio


    • Remuez énergiquement en enrobant le fromage dans la purée. Il faut aérer l’aligot qui doit filer comme un ruban une fois le fromage fondu. 
    • Salez, poivrez, vous pouvez également ajouter un grain d’ail écrasé.




    Il faut que la purée soit bien chaude avant d’incorporer la tome et faire attention de ne pas « couper le fil » du fromage en mélangeant. Notre aligot était un peu trop liquide mais ça n’a pas découragé nos valeureux goûteurs ! 


    Une deuxième louche ?

    L’aligot se mange souvent avec un rond de bonne saucisse fraîche grillée, à défaut j’avais trouvé des vraies saucisses (97% viande, 3% aromates – les anglais ont tendance à mettre 30% de farine pour remplir leurs saucisses) qui ne sont pas trop mal passées. 

    Mr. C, L. et Miss C. (la blonde), qui pensent à tout, nous avaient gentiment apporté une – ou 2 ? – petites bouteilles pour aider à faire descendre tout ça.

    Notez l’à propos dans
    le choix du vin !

    L’aligot est un bon plat convivial, surtout si vous avez de l’aide pour peler les patates. Je recommande quand même de commencer par une petite portion, quitte à se resservir, ce n’est pas tout à fait aussi léger que de la purée ! Nos valeureux goûteurs lui ont fait honneur mais ça s’est fini un peu comme ça :


    Il y en a qui se reconnaîtront…
    Le repas s’est fini sur une délicieuse mousse au citron de L. dont, si je puis me permettre, vous devriez exiger la recette !

    Allez courage, la journée est bientôt finie et on se retrouve vendredi !

    Min’

    Publicités

    12 réflexions sur “Quand le Rouergue s’invite à Londres…

    1. Non! t'as jamais mangé d'aligot ?!? Bon ça devient critique, 12 ans et pas un week end en Aveyron ça peut plus durer…

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

    Connexion à %s