Un bref cocorico cinématographique…

Salut à tous, 

Cette semaine je suis en tournée en Francophonie et j’en ai profité pour aller au cinéma – me voici donc venue vous présenter les films en question (bande de veinards !). J’ai essayé de m’en tenir à des films français (tant qu’à y être) mais rassurez-vous, le deuxième est plutôt international.  


Commençons par le franco-français : une comédie complètement décalée d’Albert Dupontel, juste ce qui manquait à un excellent weekend parisien. 

Une juge d’instruction rigide et célibataire endurcie (Sandrine Kiberlain), concentrée sur une carrière impeccable, se retrouve accidentellement enceinte. Pour lui simplifier encore la vie, un test de paternité révèle que le père est un criminel, lui aussi de carrière (Albert Dupontel). 

Fidèle à son habitude, Dupontel nous régale avec son humour totalement déjanté, tour à tour gore, subtil et à la limite du vulgaire mais toujours efficace ! Un bon moment de rigolade et de supers acteurs.

Une fois arrivée dans les Monts Brumeux en revanche, un tout autre style s’imposait : 



Le dernier film de Jean-Pierre Jeunet – le créateur du « Fabuleux Destin d’Amélie Poulain » nous offre de nouveau un joli film sous forme de poème, drôle et plein d’émotion, léger et philosophe à la fois. 

Cette fois-ci il nous raconte l’histoire de T.S. Spivet (Kyle Catlett), un petit génie de 10 ans qui décide de traverser seul les Etats-Unis pour aller à Washington D.C. recevoir un prestigieux prix scientifique dont il est le lauréat. Jean-Pierre Jeunet nous balade aussi bien dans sa famille loufoque et atypique que dans les magnifiques paysages américains que T.S. traverse sur un train de marchandises. 

Malgré son apparence américaine, le film est en fait décidément français (scénario, dialogues, etc.) et a été tourné à Paris et au Canada, avec des acteurs français et canadiens (sauf Helena Bonham Carter et Kyle Catlett). 

Une jolie aventure cinématographique (j’aime les films qui me font voyager à plusieurs niveaux) et qui me donne bien envie de lire le roman de Reif Larsen qui l’a inspiré : « The Selected Works of T.S. Spivet » (pour être tout à fait honnête, la seule raison pour laquelle je ne suis pas en train de le lire au moment où je vous parle c’est qu’il n’existe pas en ebook et que je vais devoir attendre mon retour en Britannie pour l’acheter – ça et un article à écrire…)

Si vous allez les voir, dites-moi ce que vous en avez pensé !

En attendant, je retourne déguster un délicieux cookie de ma chère cousine (elle nous a promis sa recette pour la semaine prochaine !) et je vous souhaite un weekend… extravagant !

Min’

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s